Home> News> Le Jubile de 150 ans de présence de Sœurs de Sion en Roumanie - Traian
List of news

Le Jubile de 150 ans de présence de Sœurs de Sion en Roumanie - Traian

12/10/2016: Romania | Photo gallery

Apres les événements de Satu Mare, dont Maricica vous a parlé, la prochaine étape de notre Jubile était à Traian-Sabaoani. A Traian il y a une maison d’accueil qui nous à reçu pour le colloque que nous avons organisé à cet occasion, les 16-17 septembre. Le thème était “ La Parole de Dieu dans la pastorale de l’Eglise et la vie chrétienne”. Notre invite spéciale était le P. Matteo Crimella, prêtre du diocèse de Milan, responsable avec la pastorale biblique dans son diocèse. Il a fait son doctorat à l’Ecole biblique de Jérusalem, avec la thèse sur l’Evangile de saint Luc et il a été aussi disciple du Cardinal Martini. Ainsi sa première conférence avait comme titre “ Communiquer l’Evangile. Les choix pastorales du Cardinal Carlo Maria Martini pour que l’Eglise puisse écouter la Parole de Dieu”. D’abord le P. Matteo nous a montré combien la communication était importante pour le Cardinal Martini. Lui-même savait expliquer et s’expliquer, parlait d’une manière simple et fascinante. Il soulignait trois aspects importants dans la communication : “Chaque communication authentique nait du silence... La communication a besoin de temps… Nous ne devons pas craindre les lumières et les ombres qui sont des circonstances normales du fait de la communication.” Ensuite le père nous a parlé de la Lectio divina, introduite par le Cardinal Martini et répandue après dans les communautés chrétiennes. Le cardinal n’a pas cessé d’expliquer les pages de l’Ancien et du Nouveau Testament, il aimait poser des questions au texte biblique, il savait demander et cueillir les réponses. Le P. Matteo nous a partagés aussi une très belle interprétation que le Cardinal Martini donnait à l’intercession, comme une attitude très sérieuse, grave et qui demande l’implication. Intercéder ne veut pas dire seulement “prier pour quelqu’un”, mais selon l’étymologie du mot, cela signifie “faire un pas au milieu”. Donc “intercéder” signifie se mettre au milieu d’une situation et ne pas rester étranger du conflit, mais mettre la main sur l’épaule des deux côtes et accepter le risque de cette position.  

Apres un petit moment d’échanges et de questions, le P. Matteo nous a expliqué un peu concrètement comment fonctionne la pastorale biblique dans son diocèse. Il nous a donné quelques exemples qui pourraient être adaptes a notre contexte local. 

La deuxième conférence, ayant comme titre “La Parole de Dieu dans l’Eglise locale: attentes et perspectives pour l’avenir”, était présentée par le P. Iulian Faraoanu., professeur au Séminaire de Iasi. Au début le P. Iulian nous a aidés à voir l’importance de la parole en général. L’homme se fait comprendre par la parole, par la parole nous connaissons le monde et nous entrons en contact avec le monde et avec les autres. L’homme qui parle dit quelque chose de lui-même, de son intérieur. L’homme est un être social et seulement en relations avec les autres il atteint sa plénitude. Si cela est vrai pour la parole humaine nous pouvons comprendre pourquoi le Seigneur a choisi de se révéler à nous par la Parole. Le P. Faraoanu nous a aidés à comprendre aussi que dans la liturgie nous nous nourrissons aussi bien de la Parole de Dieu que de l’Eucharistie, les deux tables ont la même importance. Dans la deuxième partie de sa conférence, le P. Iulian a parlé un peu de la situation au niveau local. Il a mentionné le grand travail qui a été fait pour la traduction de la Bible en roumain. Et en conclusion il nous a lancé quelques questions et défis pour la pastorale biblique : Quel est le contenu de nos catéchèses ? Comment sont nos célébrations ? Est-ce que nous sommes attentifs au lien entre la Parole et les sacrements ? Quelle est la qualité de notre écoute de la Parole de Dieu?

Le colloque a continue en début d’après-midi avec une conférence présentée par notre Sr. Iuliana, sur “La spiritualité biblique dans le charisme de la Congrégation de Notre Dame de Sion” Le triple engagement des Sœurs dans la vie apostolique: envers l’Eglise, le peuple juif et le monde. D’abord Sr. Iuliana à expliquer pourquoi nous avons choisi de faire un colloque biblique pour la célébration de notre Jubile. Elle a montré l’origine biblique du mot “jubile”. Comme dans la Bible, pour nous, Sœurs de Sion, ce jubile est un temps spéciale, un temps de renouvellement, qui coïncide avec l’Année de la miséricorde proposée par l’Eglise universelle. Ensuite notre Sœur a expliqué a tout le monde comment la vie du P. Theodore a été influencée par l’Ecriture Sainte, grâce à Louise Humann; comment cette femme a aidé le P. Theodore a découvrir par la Parole que Dieu est Amour. Sr. Iuliana a développe aussi le numéro 6 de nos Constitutions, dans le sens que notre Congrégation a une sensibilité particulière pour l’Histoire du salut, pour son dynamisme et son chemin vers l’accomplissement totale des promesses. Pour conclure, elle a parlé un peu des implications des différents documents de l’Eglise qui concerne le peuple juif.  

Apres un temps de partage et de questions, nous avons écouté la deuxième conférence du P. Matteo, “Les dons et l’appel de Dieu sont irrévocables” La relation judéo-chrétienne à partir de la réflexion de Paul en Rom 9-11. C’était un sujet plus difficile pour le publique roumain moins habitue à l’entendre. Mais il nous a donné un aperçu de la Lettre aux Romains ou nous pouvons rencontrer les éléments les plus importants de la pensée de Paul: l’évangile, la justice, la grâce, la liberté, la filiation, et l’agape. Et nous avons vu aussi comment St. Paul est un évangélisateur du dessein bienveillant du salut de Dieu pour chaque homme. De la miséricorde universelle de Dieu vient le salut pour tous.  

A l’occasion du jubilée nous avons voulu laisser par écrit quelques chose de l’histoire vécue par nos Sœurs dans le diocèse de Iasi, dans un livre intitule “Congregatia Notre Dame de Sion”: 150 de ani de activitate in Moldova (1866-2016 ). L’auteur est le Pr. Fabian Dobos, professeur de l’Histoire de l’Eglise au Séminaire de Iasi.  

Dans le cadre du colloque, le livre a été présente par le P. Stefan Lupu, de la part de l’Edition ou il est sorti et par Sr. Iuliana qui a complète en tant que Sœur de Sion. 

Avant de conclure la journée, nous étions tous invites pour participer à l’Eucharistie célébrée dans la chapelle de la maison qui nous a accueillis. 

Dans la soirée, pour ceux et celles qui le voulaient, le P. Matteo nous a proposé un atelier pratique de Lectio divina avec les quatre étapes importantes, en prenant un passage de l’Evangile selon Saint Marc 1,29-31.

Le lendemain, samedi 17 septembre, nous avons repris les travaux du colloque avec la conférence du P. Matteo, bien adaptée pour ce que l’Eglise est en train de vivre, puisque le sujet était “Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux”(Lc 6,36): La miséricorde de Dieu, la miséricorde du disciple. Dans sa présentation, le père a mis en évidence que Saint Mathieu utilise le mot “parfaits” tandis que Saint Luc emploie “miséricordieux”. La version de Mathieu nous invite à être parfaits en imitant Dieu dans une qualité qui n’est pas proprement divine, mais plutôt la projection en Dieu d’un idéal humain. Au contraire, dans la version de Luc il s’agit d’imiter une manière d’être qui est avant tout celle de Dieu. Le disciple doit prendre Dieu comme modelé, en se montrant miséricordieux. Avec cela le P. Matteo nous a aidés à voir que nous pouvons comprendre mieux beaucoup de choses dans l’Evangile si nous les mettons en parallèle. Et le père a conclu sa conférence avec une très belle méditation sur la souffrance. Seulement en regardant la croix du Christ nous pouvons découvrir le mystère de la miséricorde du Père. 

Pour couronner le colloque, nous avons eu la joie d’accueillir le P. Marius Talos, supérieur des jésuites en Roumanie, qui nous a parlé de “ Epectaza paulina” Fil 3, 12-14

Le père a commencé avec une synthèse très courte de la Lettre aux Philippines, en nous montrant que comme la joie est une constante tout au long de cette lettre, ainsi la joie et la sérénité doivent accompagner la vie spirituelle de chaque chrétien. Sa présentation s’est concentre sur le verset 13, ou nous avons le terme “epectaza” (s’élancer) qui est un encouragement à laisser en arrière les choses du passe en regardant en même temps vers l’avenir. Le chrétien “saisi” par le Christ s’élance vers l’avant, il court vers son but, il tend vers la perfection, il s’efforce à son tour de “saisir” le Christ. Le P. Marius a conclu sa présentation avec une autre citation de St. Paul: “Je peux tout en celui qui me rend fort”, parole qu’il nous a laissé comme un encouragement pour tous les participants au colloque. 

Il y a eu ensuite un temps pour les conclusions de ce colloque suivi par la célébration de l’Eucharistie dans la même chapelle de la maison.